vendredi 28 octobre 2011

Foutue caisse

Faut pas pousser...

Ballade

Dans l'anticipation, j'ouvrirai grand la bouche pour gouter l'air chargé des humus de chênes et d'ormes. Un oeil coincé sur le compteur, j'aurai peur des virages humides et des pneus neufs changés d'hier, et dont les rainures creusées sont les sillons d'un disque vinyle introuvable. Celui qui égraine les mélodies de chemins d'automne au travers des forêts d'un coin de France, avant le prochain arrêt sur le bord de la route, un point mort trouvé sur une couche de feuilles mortes et molles.


Sunbeam C7

jeudi 20 octobre 2011

Panhead 1952

Franchement, Rodolphe, la dernière fois que t'as voulu nous épater, tu avais meilleure allure. Là, tu t'es vu ? Ton casque bidasse et tes collants dans les bottes. Un gringalet qui se la joue vétéran, et cette bécane, d'où tu la sors ?
En plus, t'as piqué la housse de la poussette à ta soeur pour la caler sous tes fesses, ou quoi ?
Non, fiston, ça rime à rien cet accoutrement. Ca te ridiculise. Un équipage de ringards, je te dis. Tu vaux pas 3 roupettes et je dis ça, je dis rien.

Vanités


mercredi 19 octobre 2011

Tripes

La Gagne

Bien chaussée

Ca lui va comme un gant, ou plutôt une chaussure LEBOUTIN.

Dans ces yeux,

mercredi 12 octobre 2011

RAIATEA


Départ ce vendredi pour RAIATEA, une île au nord ouest de TAHITI. Connue et respectée pour son Mana (esprit de la terre) elle offre l'aspect d'une Polynésie de rêve, avec lagons et palmiers...

mardi 11 octobre 2011

Clé des champs

Quand j'ai soulevé le rabat des sacoches flanquées de chaque côté du Panhead 1952, j'ai découvert dans une pochette en plastique ce catalogue jaune, marqué d'une bouille à remonter le moral d'un retraité Grec.
J'aime bien le coup de crayon, et la couleur du papier de couverture est vintage à souhait.

En feuilletant le catalogue, on découvre toute la gamme des bécanes de cette année là, présentée en vis à vis de dessins illustrant une vie radieuse et insouciante, toute tournée vers le mouvement et les robes Vichy.
Finalement, 60 ans plus tard, je tiens entre mes doigts un Manifeste de bonheur à pétrole, le chemin le plus court n'étant pas forcément la ligne droite, mais, comme le laissent supposer les minois des pin up rhabillées, les petites routes qui se perdent dans la verdure et les sous-bois.

vendredi 7 octobre 2011